Le Parfum, par Süskind et... Thierry Mugler

Au commencement, il y avait Le Parfum, de Patrick Süskind, livre-ovni au succès retentissant.

Jamais encore les odeurs, les senteurs n'avaient été décrites avec une telle richesse, ni tenu un tel rôle dans un ouvrage écrit. Notre langue est si pauvre en termes qui permettent de décrire les odeurs que c'était là un vrai tour de force, devant lequel je m'incline humblement, même si par ailleurs je ne suis pas tombée sous le charme de ce bouquin, pour d'autres raisons d'ailleurs.

Plus qu'un film, ce livre exigeait absolument une autre adaptation pour lui rendre hommage: Le Parfum soutenait la gageure de traduire les odeurs en mots. Ce n'était que justice de tenter de traduire ces mots en odeurs, pas vrai?

Le défi était de taille, et au départ, le nez Christophe Laudamiel (créateur notamment de Youth Dew Amber Nude d'Estée Lauder) avait juste entrepris, en 2000, à ses moments perdus, de recréer olfactivement des passages du livre.
L'idée finit par faire son chemin, et Thierry Mugler, célèbre papa d'Angel, a finalement accepté de tenir le pari et d'engager Laudamiel, associé à Christoph Hornetz, pour réaliser son idée... et c'est ainsi qu'apparut Le Parfum en coffret.




Dans ce coffret, 14 fioles de 7,5 ml, et un sublimateur de 15 ml, chacun exploitant une facette, une ambiance, un événement du livre. N'ayant pas encore eu le bonheur de sentir ces petites merveilles, je me contenterai de relayer les impressions des heureux mortels qui ont eu ce privilège...
Au menu:


Baby:
Ils ne sentent pas partout pareil, quoiqu’ils sentent bon partout…Leurs pieds, (…) ils sentent le beurre frais. Et le reste du corps sent comme… comme une galette qu'on a laissé tremper dans le lait. Et la tête, là, l'arrière de la tête (…) Là, ils sentent le caramel (…).
Les notes: vrai arôme de crème fraîche, lait chaud, sucre roux du caramel. Selon certaines sources, Baby est fait de 25 ingrédients différents, sélectionnés en collaboration avec une spécialiste des arômes alimentaires, pour recréer des odeurs de lait chaud, beurre frais, îles flottantes et galettes cuites au four.
Les critiques le décrivent comme un parfum très doux, un lacté délicatement sucré, qui évoque effectivement l'odeur d'une nuque de bébé.


Paris 1738:
Il s'y mêlait des odeurs d'hommes et de bêtes, des vapeurs de nourriture et de maladie, des relents d'eau et de pierre et de cendre et de cuir, de savon et de pain frais (…). Des milliers et des milliers d'odeurs formaient une bouillie invisible qui emplissait les profondes tranchées des rues et des ruelles et qui ne s’évaporait que rarement.
Les notes: des baies de cassis qui prennent une odeur d'urine, mêlées d'absolu d'algue marine. Le tout donne un effet avoué de "fragrance désagréable, aux limites de l’écœurement", pour "souligner l'effet de saleté".
D'après les critiques, ce "film d’horreur de la parfumerie" est effectivement fétide, avec une note acidulée qui filtre à travers les effluves d'égout, de marché aux poissons. Apparemment très réussi, et évidemment importable ;)


Atelier Grimal:
Il écharnait les peaux (…), les faisait boire, les débourrait, les passait en chaux, les affétait à l'acide, les meurtrissait, les enduisait de tan épais, fendait du bois, écorçait des bouleaux et des ifs, descendait dans les cuves remplies de vapeurs âcres, y déposait en couches successives les peaux et les écorces (…).
Les notes: mimosa, pour rendre "l’aspect brut, non travaillé, la texture rugueuse du cuir non corroyé", avec une note de fruit rouge conjugué au velouté de potiron.
Le résultat est apparemment beaucoup plus "cuir neuf", mêlé à une volute de fumée et une petite note chimique, que franche tannerie, dont l'odeur est réputée insoutenable.


Virgin N°1:
Une jeune fille était assise à cette table et préparait des mirabelles. (…), il sentait la sueur de ses aisselles, le gras de ses cheveux, (…). Sa sueur fleurait (…) aussi sucrée que l’huile de noix, son sexe comme un bouquet de lys d’eau, sa peau comme les fleurs de l’abricotier… et l’alliance de toutes ces composantes donnait un parfum enchanteur (…).
Les notes: riz blanc et de lait frais pour évoquer l'innocence et la pureté, avec une eau-de-vie de mirabelles... avec une note tout à fait originale: les deux nez ont analysé l'odeur du nombril et des cheveux d'une jeune fille (!!) par "headspace" (une technique permettant de capturer et d'analyser les molécules d'arôme de l'air autour de la source de la senteur).
Le résultat, d'après les critiques, est absolument sublime, musqué - l'odeur "humaine" est bien présente - mais délicat, avec une douce note lactée et le sucre pétillant des mirabelles, innocent mais sensuel et envoûtant. On affirme que cela mérite d'être disponible à la consommation, et le plus vite possible ;)


Boutique Baldini:
Son ambition était de réunir dans sa boutique tout se qui sentait, (…)C’est ainsi qu’on trouvait chez lui (…), bougies, plaquettes et rubans odorants, mais aussi la collection complète des épices, des grains d’anis à l’écorce de cannelle, des sirops, des liqueurs et des eaux de vies de fruits, des vins de chypre, de Malaga et de Corinthe, des miels, des cafés (…).
Les notes: pour rendre la "polyphonie olfactive saturée" de la boutique du signor Baldini, un mélange de liqueurs sucrées, eau de violette, nuances balsamiques, odeurs de cire, de café, d’anis, de graines d'angélique, avec une légère note de vinaigre utilisée autrefois dans la composition de parfums, et des extraits de jonquilles dont certains composants évoquent l’odeur de la pommade.
L'idée était de faire un mélange lourd, qui évoque la parfumerie de l'époque, aux matières que nous jugerions un peu grossières aujourd'hui, et visiblement le pari est rempli. La violette est très présente, sous une épaisse note de baumes, presque pharmaceutique.


Amor & Psyché:
Il y a dedans trop de bergamote et trop de romarin, et pas assez d'huile de rose. – Ah, tiens, dit Baldini (…) Quoi d'autre? – Fleur d'oranger, limette, œillet, musc, jasmin, de l'eau-de-vie et quelque chose dont je ne connais pas le nom (…).
Les notes: la composition correspond au style de l'ancienne parfumerie, des notes d'agrumes très présentes, avec des notes animales et des essences florales pour arrondir la fragrance. Toutes les notes sont naturelles. Le citron vert (la "limette" de la description de Grenouille), trop associée au Mr. Propre aujourd'hui ;), a été remplacée par de la bergamote.
Apparemment, cet Amor & Psyché est très frais, avec la luminosité des agrumes, on évoque même du "métallique", en tout cas un brin rustique, ce qui était l'effet recherché.


Nuit Napolitaine:
Le parfum était magnifique. Comparé à «Amor et Psyché», c'était comme une symphonie comparée au crincrin esseulé d'un violon. C'était davantage encore (…). Ce n'était pas un parfum qui vous donne une meilleure odeur, pas un sent-bon, pas un produit de toilette. C'était une chose entièrement nouvelle, capable de créer par elle-même tout un univers.
Les notes: Amor & Psyché revu et corrigé par Grenouille, à l'aide de gingembre et de gentiane au lieu de l’essence de fleurs d’oranger, et de la clémentine d'Italie mêlée à la bergamote, avec de la menthe fraîche.
Les critiques le décrivent effectivement comme un Amor & Psyché plus moderne, plus frais encore avec la menthe mêlée aux agrumes, avec un côté androgyne, presque masculin.


Ermite:
Près de l’endroit ou suintait un peu d’eau, il découvrit une petite galerie naturelle. (…), il faisait nuit noire même en plein jour, il y régnait un silence de mort, et l’air exhalait une fraîcheur humide et salée. Grenouille flaira tout de suite que jamais être vivant n’avait pénétré en ce lieu (…).
Les notes: pour retranscrire l'impression "froide et minérale" de l'abri de grenouille, des notes de mousses, avec des extraits de patchouli pour l'effet d'oscurité, des notes de champignons pour la touche d'humidité, et l’odeur de noix de la pierre froide.
Les avis sont unanimes: une fragrance absolument unique, froide et minérale, qui donne une impression d'eau coulant sur des rochers couverts de lichen. Une odeur bien plus qu'un parfum, que j'adorerais sentir!


Salon Rouge:
Son cœur était un château pourpre. Il possédait mille chambres et mille caves et mille salons raffinés (…) Or, dans les chambres du château, il y avait des rayonnages depuis le sol jusqu'aux plafonds, ils contenaient toutes les odeurs que Grenouille avait collectionnées au cours de sa vie, (…).
Les notes: l'huile de davana, dont l'odeur liquoreuse rappelle celle du porto, de soyeuses notes boisées, des notes surdosées de tubéreuse veloutée, et deux molécules particulières: le Karnanal (à l'odeur de goudron chaud) et l'Aldron (qui recrée l'odeur de la chaleur corporelle).
Un parfum du soir, apparemment riche, sensuel, velouté et opulent, qui s'ouvre sur une note d'agrumes fraîche, suivie du porto liquoreux, miellé, qui se termine sur un ambre boisé.


Human existence:
Il y avait un thème fondamental de l'odeur humaine, et au demeurant passablement simpliste: une base continue, graisseuse, sudatoire, aigrelette comme du fromage et pour tout dire assez répugnante, que tous les humains avaient en commun et au-dessus de laquelle flottaient ensuite les petits nuages infiniment diversifiés qui donnaient les auras individuelles (…).
Les notes: essence absolue de malt, qui évoque le fromage, civette de synthèse, cumin qui donne une note épicée de transpiration, et la molécule de Skatol qui... pour dire les choses clairement, est nettement fécale.
La chair est triste, hélas, et sur ce plan, Human Existence est un triomphe: les critiques le jugent épouvantablement réaliste, une odeur infâme de transpiration aigre, d'urine, de matières fécales, qui pue comme charogne. Et ça aussi, j'adorerais sentir. Par pure curiosité, vous comprenez ;)


Absolu Jasmin:
Fin juillet, ce fut l’époque du jasmin, (…).Dans un local réservé à l’enfleurage, on les répandait sur des plaques de verre enduites de graisse froide, ou bien on les enveloppait mollement dans des linges imprégnés d’huile, et il fallait qu’elles y meurent en s’endormant doucement.
Les notes: comme son nom l'indique, Absolu Jasmin est un soliflore, le Jasminum Grandiflorum à l'état pur, vrai trésor olfactif utilisé dans nombre de parfums.
Parmi les pas moins de 25 nuances de jasmin utilisées en parfumerie, celle-ci est, d'après les critiques, parfaite, exotique et opulente. Et comme j'ai fini par éviter le jasmin à cause des effluves nettement trop indoliques - entendez "qui rappellent le pipi de chat" - du jasmin de grade inférieur utilisé dans pas mal de parfums, j'adorerais pouvoir comparer.


Sea:
La mer sentait comme une voile gonflée où se prenaient l'eau, le sel et un soleil froid. Elle avait une odeur toute bête, la mer, mais c'était en même temps une grande odeur et unique en son genre, si bien que Grenouille hésitait à la scinder en odeurs de poisson, de sel, d'eau, de varech, de fraîcheur, et autres (…).
Les notes: la molécule de Calone, dont l'odeur est celle de l'eau de mer, accompagnée de nuances abstraites d'anis, de melon, de citron et d’une molécule inspirée du cyclamen, combinées pour recréer l'effet de la brise.
L'effet est apparemment bien marin, mais c'est une mer abstraite, aux facettes fraîches, melonnées, sans les odeurs assez fétides d'algues, coquillages, etc. qui l'accompagnent habituellement.


Noblesse:
Grâce à la fraîcheur des ingrédients ainsi rajoutés, la puanteur latente s'était perdue jusqu'à être imperceptible, le parfum des fleurs avait enjolivé l'exhalaison fétide, la rendant quasi intéressante, (…) une allègre et vigoureuse senteur de vie.
Les notes: violette, héliotrope et racines d’iris poudrées, cèdre de l’Atlas, Rose de Mai de Grasse, l'un des ingrédients les plus incroyablement chers en parfumerie, poudre de vanille, un aldéhyde spécifique rappellant le maquillage et les perruques poudrées de l'époque, et... l'accord de Human Existence.
Les critiques s'accordent pour dire que c'est l'une de leurs senteurs préférées du coffret, un floral poudré élégant, au cœur de rose délicate, réchauffé par les notes animales de Human Existence.


Orgie:
L'exécution prévue de l'un des criminels les plus abominables de son époque dégénéra en la plus grande bacchanale que le monde eût connu depuis le IIe siècle avant Jésus-Christ ;(…) L'air était lourd de la sueur sucrée de la jouissance, et tout plein des cris, des grognements et des gémissements de dix mille bêtes humaines. C'était infernal.
Les notes: la facette riche et animale du chocolat noir, le Javanol (un santal, pour représenter l'échafaud), du musc de synthèse, et "les secrétions corporelles sous toutes leurs formes, sueur ou sperme, ont été retranscrites grâce à des molécules naturelles ou abstraites, souvent boudées, notamment la molécule Excital qui traduit à merveille la chaleur des corps et l’effet érotique ambiant".
Hm, que dire?
Il paraît que tout y est, l'odeur et la chaleur de la peau, l'animalité du musc, et apparemment, les odeurs de, euh, sécrétions sont tout à fait réalistes, et l'Excital remplit tout à fait son office ;)


Aura:

Impossible, évidemment, de recréer le magnum opus de Grenouille, mais en clin d'œil, l'équipe de Thierry Mugler Parfums a voulu exprimer dans un parfum "ce petit quelque chose que chacun aimerait dégager."
Mais comment agit le charme ? Porté seul, Aura respecte la personnalité de celui qui le porte, comme une seconde peau atmosphérique, un sublimateur personnel. Porté en association avec son parfum préféré, Aura en intensifie les facettes olfactives.

Aura est unique dans sa faculté de métamorphose. Pour s’harmoniser avec les 12 familles olfactives principales de la parfumerie, cet élixir contient au moins un, sinon plusieurs, ingrédients spécifiques de chaque groupe. Une formule lui conférant le pouvoir étonnant de se fondre, tel un caméléon, dans le parfum qui lui est associé.
Le but était donc de créer un parfum qui sublime votre propre odeur corporelle, dont la senteur soit donc radicalement différente sur chacun. Pas de pyramide olfactive ici, mais 84 composants, chacun "dosé pour donner de l’effet, mais juste retenu pour ne pas se trahir", qui interagissent directement avec la peau.

Les avis des critiques?
Aura est "chaud sans être épicé, opulent sans être lourd, boisé sans être râpeux, musqué sans être animal"; d'autres trouvent qu'il s'ouvre sur un accord vanille-fruit-musc, qui est rejoint par d'élégants bois et épices. Il a parfois la chaleur de Salon Rouge, parfois la douce luminosité de Virgin N°1, parfois un doux mélange floral comme une guirlande de jasmin. Un parfum sans sillage, un sublimateur, "un coton baigné de crème pour la peau", qui semble familier, sans être reconnaissable, discret en restant constamment présent.

Et avec ce genre de descriptions, je ne sais pas vous, mais je suis dévorée de curiosité. Fort heureusement, Aura est censé être commercialisé seul (mais légèrement reformulé, malheureusement) pour la fin 2007, joie!

Il faut aussi dire que les 1300 exemplaires de ce précieux coffret, proposé pour la modique somme de 550 EUR, se sont arrachés comme des petits pains, mais il doit être encore possible de le trouver dans quelques points de vente.
J'aimerais vraiment pouvoir le sentir un jour... et j'attends en tout cas Aura de pied ferme!


Sources: site officiel du Parfum de Thierry Mugler, article de Chandler Burr, Bois de Jasmin, Basenotes, MakeUpAlley.

1 commentaire:

News from Overseas a dit…

Je bave littéralement d'envie ! Pourquoi me suis-je réveillée 6 ans trop tard !