[Avis] En passant - Frédéric Malle


Les jonquilles sous la neige, voilà un spectacle bien inhabituel pour ce lundi pascal! Aussi, pour invoquer le printemps, j'ai choisi aujourd'hui de porter un parfum qui l'incarne si joliment: En Passant.

Pour les éditions de parfums Frédéric Malle, Olivia Giacobetti (Hiris d'Hermès, Philosykos de Diptyque, Dzing! ou Tea for Two parmi beaucoup d'autres créations pour L'Artisan Parfumeur), qui excelle dans les senteurs limpides et figuratives, a créé un parfum "d'impressions", "le parfum d’un lilas blanc battu par le vent, en humant son odeur portée par l’air du printemps au détour d’un jardin".

Outre le lilas, la composition officielle parle de notes d'eau, de feuilles d'oranger, d'absolu blé et d'absolu concombre... mais essayer de décortiquer les notes olfactives de cet instantané printanier serait aussi triste qu'une analyse grammaticale de Prévert.

En Passant est un moment, une impression, une image.

Un grand lilas, encore couvert des gouttes d'une pluie de printemps qui s'éloigne... le fond de l'air est encore frais, le soleil joue, timide, dans les branches, et fait briller les goutelettes d'eau...
Je ne saurais dire si ce lilas est spécifiquement blanc plutôt que parme, il y a près d'un an que je n'ai senti de lilas en fleur... mais si un jour vous avez perçu des effluves de lilas au printemps et que, la source de ce doux parfum identifiée, vous avez déjà glissé la tête entre ces brassées humides de grappes odorantes, En Passant vous sera familier: il incarne à la perfection cet instant précis, le délicat parfum des fleurs se mêlant à la verdure des feuilles et à la rosée qui les nimbe.

Point ici d'évolution sur la peau, de kaléidoscope de notes: juste le charme discret, simple et limpide, d'un lilas après l'ondée... Et de ce parfum figuratif, il émane le même bonheur paisible qui baigne les toiles des grands maîtres impressionnistes.
Un petit bijou de poésie sans prétention.


Maison: Editions de Parfums Frédéric Malle
Créateur:
Olivia Giacobetti
Année de création: 2000
Famille: floral aquatique
Disponible en eau de parfum, en vapo 50 ml (90 EUR) et 100 ml (130 EUR) et en coffret de trois vapos 10 ml (55 EUR).
En parfumeries sélectionnées et sur le site des Editions de Parfums.


4 commentaires:

Chasseuse d'odeurs a dit…

Quel plaisir de suivre ton invocation au printemps et de se laisser aller à se souvenir des notes vertes délicates du lilas humide, et de découvrir qu'Olivia Giacobetti met en exergue un lilas altier inondé de soleil peint par Monet.
J'ai hâte d'en arriver aux coquelicots...

Six' a dit…

Je t'assure, pourtant les floraux (et a fortiori les floraux aquatiques) sont loin d'être ma famille olfactive de prédilection (et c'est un euphémisme ;)), mais ce lilas est tellement, tellement joli... je suis sous le charme!

Senga a dit…

Je suis passé hier près de mon lilas après la pluie(il y en a 2 en fait juxtaposés qui se mêlent une parme et un blanc mais celui-là n'est pas encore fleuri) et c'est tout à fait ça...puis au final je trouve que la note aquatique devient un peu trop présente pour moi- et c'est une note que je n'aime pas comme dans l'eau d'Yssey ce qui fait que je ne le porterai pas...à réessayer peut-être.

Six' a dit…

Agnès,
je comprends comment cette note peut te déranger - j'ai beaucoup de mal avec L'Eau d'Issey aussi! - mais j'ai trouvé que dans ce contexte, elle s'intégrait très bien dans le tableau général, elle apportait vraiment une touche impressionniste de rosée sur le lilas...