[Avis] Farnesiana - Caron


Farnesiana, l'un des "parfums fontaine" exclusifs aux boutiques et espaces Caron, tire son joli nom d'Acacia farnesiana, c'est-à-dire la fleur de cassie, une variété de mimosa, traitée ici pratiquement à la manière d'un soliflore.
A la composition: Michel Morsetti, d'après les notes d’Ernest Daltroff, à qui il avait succédé à la création des parfums Caron.

Je dois bien avouer que je suis un peu intimidée à l'idée d'écrire sur Farnesiana. Comment rendre justement hommage à cette exquise composition?


Notes de tête: cassie, mimosa, bergamote
Notes de cœur: jasmin, muguet, violette, lilas
Notes de fond: opoponax, vanille, santal, musc



Pendant les toutes premières minutes après vaporisation, une épaisse senteur crayeuse et amère se dégage, un peu déconcertante... mais elle se mue rapidement en une merveilleuse note de mimosa, et quel régal! Délicieusement poudré et délicat, printanier, tout en douceur baumée, Farnesiana vous enlace alors de sa suavité souriante, lumineuse et gentille. La fleur de cassie n'est peut-être pas représentée de manière hyperréaliste, mais elle reste très reconnaissable, ce sont bien les jolis mimosas floconneux de Provence, en note très dense, presque moelleuse. L'amertume marquée du début s'est atténuée pour devenir le murmure amer légèrement anisé des fleurs naturelles de cassie.

Le mimosa, bien qu'indiqué dans la composition en seule note de tête, reste bien présent en cœur. Je ne sens pas du tout le bouquet floral repris dans les notes de cœur; à la place, le mimosa se teinte peu à peu d'une facette poudrée, compacte, qui rappelle un peu l'héliotrope et l'amande, mais sans leur côté sucré - et bien loin d'une amande-massepain brutale et alimentaire: elle a plutôt tout le raffinement d'un macaron Ladurée. Cette facette s'accentue au fil du temps, pour dominer en fin de la tenue du parfum. Créé en 1947, à une époque où les parfums gourmands n'existaient pas, Farnesiana a décidément l'allure de cette future famille olfactive, mais toute en élégance malgré sa densité, sans jamais être inutilement alourdi de sucre.

L'association de ces deux accords, mimosa et poudre amandée épaisse, aurait pu créer un parfum doudou simple, voire simpliste. Farnesiana, pourtant, en est l'opposé. La maestria, l'intelligence de la composition sont palpables, avec la juxtaposition, paradoxale sur le papier mais tout à fait réussie, d'une texture riche et dense et d'une impression de luminosité aérienne.

Luca Turin a comparé cette création Caron aux deux parfums si poétiques de Guerlain, Après l'Ondée et L'Heure Bleue, et à très juste titre: Farnesiana en partage la douceur poudrée, ici à peine anisée, et il s'inscrit, surtout, dans le même esprit. Comme eux, c'est un parfum profondément impressionniste, dont la richesse, l'âme sont immédiatement perceptibles... mais elles se déclinent ici sur un registre moins poignant: plutôt que la mélancolie parfois bouleversante des précédents, Farnesiana n'est que tendresse ensoleillée, et respire le bonheur souriant d'un début de printemps méditerranéen.

Un parfum confidentiel et très distinctif, la note de mimosa étant rarement mise à ce point en valeur... et d'une telle beauté qu'il est immédiatement devenu l'un de mes dix parfums préférés.


L'eau de parfum, disponible depuis peu, est belle; l'extrait de parfum, plus riche, plus personnel, plus tenace, est incomparable.


Maison: Caron
Créateur: Michel Morsetti, d'après les notes d'Ernest Daltroff
Année de création: 1947
Famille: floral - gourmand, soliflore cassie
Disponible en eau de parfum, vapo 50 ml et 100 ml (102 et 158 EUR), ainsi qu'en extrait de parfum, aux fontaines Caron (flacons de 7.5 ml, 15 ml et 25 ml, vapos de 50, 100 et 200 ml, 79 à 435 EUR pour le premier flacon, les recharges sont moins chères). L'extrait est uniquement disponible dans les boutiques et espaces Caron; la version eau de parfum se trouve parfois chez les discounters en ligne.

30 commentaires:

provokactor a dit…

...je reviendrais...
peut être pour ton parfun!?
peut être pas!?
surement pour ton parfun...
le tien k j konais pas!

Anonyme a dit…

Un pur bonheur, je lai acheté en extrait il y a quelques années à la boutique Caron Avenue Montaigne...Un très joli souvenir. Le petit flacon vide mais bien rangé dans sa boite sent encore merveilleusment bon. Il me rappelle aussi après l'ondée et a la gourmandise de l'heure bleue qui m'évoque les odeurs des guimauves que l'on achète dans les bonnes patisseries avec en plus une note de caramel...
Merci pour votre blog que j'aime beaucoup aussi bien pour le texte que pour le choix des photos.

Six' a dit…

Chèr(e?) anonyme,

J'ai déjà entendu d'autres avis sur cette note de caramel en fond de Farnesiana, mais je dois avouer que je ne la sens pas vraiment... juste une épaisseur moelleuse, un peu sucrée, réconfortante. N'est-ce pas aussi un pur bonheur que d'avoir son flacon rempli devant soi, à la fontaine? J'aime beaucoup cette atmosphère surannée des boutiques Caron, c'est un vrai plaisir que d'y passer... et un vrai supplice de Tantale, aussi!

Grand merci pour ce gentil commentaire!

Anonyme a dit…

J'y songeais, mais grâce à vous, j'ai franchi le pas et me voilà avec un flacon de 20 ml de Farnésiana. Quel délice de choisir son flacon avant remplissage. J'ai hésité entre le jaune et le mauve...Jaune pour le mimosa et mauve pour l'Heure bleue et Après l'ondée qui m'évoquent cette couleur. Finalement, j'ai pris mauve et l'eau de parfum qui a une note plus aériene et floconneuse puisqu'on va vers les beaux jours. Mais la prochaine fois je rechargerai peut-être le flacon avec l'extrait... pour l'hiver. C'est vrai qu'il est plus gai que les deux précédents. Je termine donc sur le sourire que donne ce parfum quand on le porte.
Agnès

La lettre A a dit…

Défendre les Carons va devenir délicat pendant les prochaines années. Luca Turin ayant décidé de tirer à boulet rouge sur la noble marque francaise.

Cependant vous continuez votre voyage dans les parfums. Caron est toujours un passage obligé. Et générallement on se réconcilie avec l'âme des parfums : c'est à dire avec les fleuris.
Quand je lisais votre Post sur le F.Malle je me disais que dans quelques mois vous irez aller chercher les soliflores de chez Caron.

Vous avez été plus rapide que je le pensais. Pour moi la boutique de l'avenue Montaigne est une petite salle de bain de reve ...
"La ou tout n'est que luxe, calme et volupté".
Même quand j'avais rien a depenser j'ai toujours été tres bien acceuilli et je suis toujours amoureux de ce petit lieu féérique.
Et quand enfin je pouvais acheter un petit peu d'eau fraiche par exemple la vendeuse m'a toujours fourni des echantillons directement issus des fontaines !
Du coup Caron est la seule marque contre laquelle je ne peux pas dire de mal.

Six' a dit…

Agnès,

Je suis ravie! Vraiment, ça me fait très, très plaisir d'avoir pu donner envie d'un parfum, surtout d'un aussi beau que Farnesiana! Et le choix de l'eau de parfum est sûrement plus judicieux pour les beaux jours, il est effectivement plus léger dans cette concentration... même si je garde un grand faible pour l'extrait!

Je te souhaite en tout cas beaucoup de joie à porter ce joli parfum :)

Six' a dit…

Cher A,

Tu as bien deviné et tapé droit dans le mille, alors! ;)
Plus le temps passe, plus je tombe folle amoureuse des anciens Caron, je dois dire - et dans leurs soliflores, Farnesiana n'est pas le seul, j'aime aussi énormément Bellodgia...

J'ai aussi lu les derniers commentaires de Luca Turin, et ça me fait froid dans le dos, d'autant plus que j'étais sur le point de succomber à l'extrait de Tabac Blond! La version que j'avais testée, et pour laquelle j'avais eu le coup de foudre, date d'il y a un ou deux ans environ... ce serait épouvantable si une reformulation bâclée avait réellement gâché une telle merveille.

Et je partage ton excellente impression des boutiques Caron, lieu exquis quoiqu'un peu clinquant, vendeuses adorables, et échantillon d'extrait... d'aucuns devraient en prendre de la graine! ;)

La lettre A a dit…

Est il possible d'effacer un de mes doubles posts :)

En ce qui concerne le tabac blond ... j'ai une mauvaise nouvelle ... ou plutot une bonne, vous avez déjà la version que deteste Turin.

Vous adorez un des parfums qui a receuilli une étoile au guide de L. Turin.
Enfant possedant une version des années 50 de Tabac Blond, qu'on se rassure ca sent toujours le Tabac Blond, c'est a dire la grosse dose de foin meme si on aime pas l'admetre :)
Vos gouts sont différents et c'est peut etre mieux. Quand je vois ce que désires ce grand nom de la critique parfumée ca me fait peur.

Ce serait même fortement domage que vous changiez vos gouts ... mais c'est une question que beaucoup de monde en terme de parfum va se poser surtout sur les blogs.

Et tant qu'a etre chez Caron si vous hésitez sur Tabac Blond allez sniffer Lady Caron .. le parfum en adéquation avec la boutique

Anonyme a dit…

Je n'ai pas l'impression que Farnesiana ait été reformulé ou alors de belle façon. Je l'avais déjà acheté il y a plusieurs années et en tous cas je n'ai pas été deçue.
Agnès

La lettre A a dit…

Tous les parfums ont été reformulé d'une façon ou d'une autre.

Mais le monde du parfum est petit et il y a façon de faire.
Il faut savoir brosser les quelques voix qui ont de l'importance. Guerlain a su le faire recement.

J'espere que ca cache pas un enieme reglement de compte de Turin.

nathalie a dit…

Excusez-moi mais Luca Turin dit pas mal de bêtises... Je ne prendrais pas au pied de la lettre ce qu'il prétend. Tabac Blond est toujours une splendeur pour moi! Un parfum à part.

Quant à Farnesiana, sans le trouver déplaisant, je n 'ai jamais vraiment accroché. Il a quelque chose de trop retenu sur moi.

Six' a dit…

A,

Quelque part, ça me rassure, puisque je pourrai retrouver ce que j'aime! En même temps, si ce que j'ai senti dernièrement est bien le Tabac Blond qui ne mérite qu'une seule étoile dans le nouveau Guide, ça laisse rêveur... il est tellement beau! L'original devait être à couper le souffle, alors! ;)

Lady Caron, pas encore senti, je retiens pour mon prochain passage, merci de la suggestion!

Six' a dit…

Agnès,

Pour les reformulations des Carons, en ce moment on entend tout et son contraire: certains, Luca Turin en tête, disent que les Carons ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, d'autres qu'au contraire, les reformulations (malheureusement plus ou moins obligatoires à causes des nouvelles réglementations européennes) ont été très respectueuses des formules originales... et n'ayant jamais senti de vrai vintage de chez Caron, je ne peux pas en dire plus.

En tout cas, même cette toute dernière mouture de Farnesiana est très belle, bien d'accord avec toi!

Six' a dit…

Nathalie,

Ca me rassure que d'autres trouvent Tabac Blond superbe aussi, même dans sa version actuelle s'il a effectivement (beaucoup?) changé!

Anonyme a dit…

Bonsoir,
Savez-vous s'il prévu que le nouveau guide de Luca Turin soit traduit en français?
Agnès anonyme qui a "la flemme" et ne sait pas trop comment s'inscrire!

La Lettre A a dit…

Bon deja a tous les anonyme j'ai decouvert que meme sans compte on peut poster avec un pseudo avec l'option Nom/URL (pas besoin de d'avoir une URL)

Ensuite concernant l'affaire Turin/Caron apres lecture des différentes critiques il est évident que Turin/Sanchez n'apprecient pas du tout le style du nez actuel de chez Caron (Freysse)

Moi quand je sens L'Anarchiste ou Lady Caron (les deux parfums qu'il a réalisé lors du rachat de Caron)... je suis plutôt content de ce qu'il fait.
Mais il y a un coté "Italien" qui doit enerver L. Turin.
La reformulation des Classiques a du avoir lieu avec les directives europeenes idiotes de ces derniers temps (je ne vais pas y revenir)
avec en cible numéro un la mousse de chêne.

La dessus T Sanchez nous livre une page de fiel. Comparant le nouveau a l'ancien. Si vous n'avez jamais senti tabac blond. A la lecture le vintage apparait comme un "cuir dur" et le nouveau quasiment comme sentant la noix de coco.

C'est 100% subjectif, car une reformulation de Mitsouko par exemple (qui moi me choque plus) est accompagné de louanges.
Oui T Sanchez ce n'est pas le même parfum, mais Tabac Blond a a mon avis derriere lui plus de 5 reformulations qui sont du essentiellement au pb économique de la société Caron au cours du temps.

En quoi le couple Turin/Sanchez est il plus dépositaire de l'esprit Caron que le nez de la société ? Je sais pas ... L Turin actuellement me semble avoir l'égo démesuré et semble a tout pris etre le seul dépositaire du "bon gout"

Anonyme a dit…

Je porte En Avion depuis vingt ans et oui ce parfums a ete reformule le jour ou le groupe Patrick Ales a rachete la maison Caron et lorsque Richard Fraysse fut nommer 'nez' maison.

En Avion qui etait un parfum elegant et intemporel est devenu un parfum grossier, lourd et vieillot. La splendeur des notes poudrees a totalement disparue, l 'elegance de l 'orange epicee s 'est transformee en note grasse, medicinale et poisseuse de fleur d 'oranger. Je fut sur les fesses le jour ou j 'ai teste Lady Caron (une mediocre creation de Richard Fraysse), en reconnaissant ces notes reformulees de En Avion et la grossiere "patte" Fraysse derriere.

Le bilan dix ans apres la maison Caron sous Patrick Ales/Richard Fraysse? La boutique new yorkaise de Madison Avenue a ferme, ils se sont retrouves au fond d 'un spa qui appartient au groupe Ales sur Lexington a deux blocs du QueensBoro Brigde, pas vraiment top comme location et prestige!
Des aveux meme de Diane Haska la directrice boutique Caron New York, les clientes les plus fideles se plaignent depuis le debut des annees 2000 et ne reviennent plus. Ils ont ete obliges de faire des soldes en pleine periode de Noel en 2007!

En esperant que le nouveau guide de Luca Turin puisse changer les choses, desormais les maisons de parfums et les parfumeurs ne pourront plus nier les reformulations de parfum.
Cela dit, Luca Turin ne fustige pas tout le monde au meme titre que Caron, selon lui le No 5 et Joy en extrait de parfum restent correctement integres aux formules originales meme s 'ils ont ete probablement reorchestres.
C 'est la que son guide est interessant, il compare les maisons de parfum qui font du bon travail de celles qui dupent le consommateur.

La lettre A a dit…

Il n'y a qu'une seule bloggeuse sur la terre qui vient sur tout les blog gueuler contre la reformulation de En Avion
Donc je sais qui vous etes.

Euh en 2000 ... Caron etait quasiment mort et en 2008 ils seront peut etre beneficiaire
(Source : Principaux sites boursiers second marché groupe Ales).

Il y avait un point de vente a paris en 98 ... il y en a 3 maintenant. En 97 Caron etait incapable de sortir un Parfum (Baby Vamp futur Montaigne dans les cartons a du rester anonyme)

Je pense que vous prefereriez que Caron soit mort (Comme T Sanchez) et pouvoir hurler que seul le parfum vintage c'est le bien.

Je vous laisse juge de votre critique sur En Avion et je peux faire la même sur Mitsouko. Mais ce m'interesse peu. Des reformulation y a en a tous les ans en parfumerie simplement car l'arivage des produits naturels n'est pas stable.

Que vous aimiez pas Lady Caron je le respecte aussi. (Mais j'adore ces temps ci sa simplicité)
Euh le guide de Turin est 100% subjectif (et c'est lui qui le dit pas moi) et c'est pas un evangile.

Il est le premier a dire que personne n'a la formulation du n°5 de 1921 ... fidele a l'original ? comment savoir ?
Allez a l'osmotheque et sentez 2 ou 3 parfums du début du siecle. Ils sont complétement différent et quasi importable.
La réalité c'est que Turin/Sanchez n'aime pas le travail de Freysse .. ce que je peux comprendre aussi.

Durant les 3 années a venir, Caron Freysse sera le plus mauvais parfumeur de la planete et Caron mauvais c'est clair. J'ai bien compris.

Moi ma seule volonté est d'avoir Caron vivant. Cette société a échapé 3 fois quasiment a la mort commercial. Certains en seraient ravi ... uniquement pour leur snobisme.

La lettre A a dit…

Merci de supprimer si possible le triple post ... n'en voyez aucune source de méchanceté. C'est le site je pense avec mon navigateur qui réalise ca.

(Et oui Lady Caron est detesté par 80 a 90 % des gens)

Six' a dit…

Agnès,

Je ne sais pas du tout! Une recherche rapide sur Amazon.fr me donne l'édition américaine qui vient de sortir et une édition britannique à paraître en septembre, mais pas (encore?) de traduction française, en tout cas...

Senga a dit…

Merci. C'est peut-être l'occasion de se perfectionner en anglais.
Pour celles et ceux qui aimnent l'odeur du mimosa,il y aussi le "Mimosa" de Durance en Provence très chaleureux.
J'au essayé de m'inscrire comme l'a conseillé A...

Anonyme a dit…

en reponse a "la lettre",

Non je ne suis pas la seule au monde a etre en colere contre les mauvaises reformulations de parfum, il n 'y a pas que moi ni Luca Turin et Tania Sanchez qui denoncent ces reformulations. Venez sur Perfume of Life, il y a des centaines de topics consacres a ce topic! c 'est vrai que dans la blogosphere francophone il y a un certain retard des mentalites par rapport a ce qu 'on peut lire sur les blogs et les forums anglo-americains ou ce probleme de reformulations de parfums classiques est pris tres au serieux.
Comme Luca Turin le souligne dans son nouveau guide, il y existe encore des maisons de parfum qui preserve une certaine authenticite de leurs parfums comme Chanel et Jean Patou pour respectivement les extraits du No 5 et de Joy, meme si probablement ces parfums ont ete retouches, les parfumeurs de ces maisons font du bon travail.
Il a encore raison de dire que meme si c 'est pas un desastre, la nouvelle version 2003 de Rive Gauche n 'est pas aussi belle que l 'original. En ce qui concerne Richard Fraysse chez Caron, toutes les clientes les plus fideles et qui portent ces parfums legendaires depuis des annees et des annees se plaignent, du propre avoeu de Diane Haska, directrice du corner Caron au spa Phyto-Universe a New York (et oui la boutique de Madison Ave a ferme ses portes, les americaines qui connaissent tres bien ces parfums boudent Caron). Diane Haska est une femme douce et tres gentille, elle m 'a avoue etre embarassee et stressee lorsque les clientes lui demandent de plus en plus ce qu 'il se passe chez Caron. Un peu d 'histoire, sachez que la clientele americaine a constituee depuis Narcisse Noir le premier marche beneficiaire de la marque. Sans le marche americain, Caron n 'aurait pas connu un tel prestige.
Edmond Roudnitska se tuait a dire et a redire a qui voulait ou ne voulait pas l 'entendre que la parfumerie c 'est de l 'Art, combien de fois on lui a rit au nez! La parfumerie c 'est comme dans tous les domaines, il y a des genies, des gens fort talentueux, des moyens, des mediocres et enfin des nuls, il faut pas se leurrer.
Vous pouvez essayer de me discrediter autant que vous le voulez mais Richard Fraysse ce n 'est pas Ernest Daltroff!
Tous ces bloggers francophones qui parlent des parfums Caron, la plupart d 'entre eux decouvrent la parfumerie depuis a peine deux ou trois ans au maximum. Si vous voulez faire du travail serieux, eduquez vous, faites preuve de curiosite intellectuelle et de perseverance, investissez dans des vintages, testez Tabac Blond, Narcisse Noir, En Avion d 'il y a au moins une quinzaine d 'annees, comparez et vous verrez que le Tabac Blond actuel c 'est de la pisse de chat, le Narcisse Noir d 'aujourd 'hui un floral sucre qui ne reflete en rien le caractere dramatique 'film noir' du vrai et qu 'En Avion n 'est qu 'une pale copie grasse qui n 'a rien a voir avec l 'elegance intemporelle de l 'original!

La lettre A a dit…

Je n'ai fait aucune attaque personelle et je respecte votre opinion. (je sais simplement qui vous étes via les différents forums de parfum ... ce n'est pas une attaque personelle)

Je suis pas un débutant ... et etre un débutant ou pas n'influe en rien le gout.

Exemple : Pour le moment je suis dans une periode super minimaliste et lady caron parfum simpliste me plait. Si je dis ca j'ai des gouts de merde.
Si je dis que j'adore New York de Nicolai alors la je suis dans la meme catégorie que LT et j'ai super bon gout.

Bah non je suis le même, simplement quelqu'un avec une zone epitheliale comme les autres ...

Je vous laisse juge de comparez tabac blond a de la pisse de chat ...

J'ai assez de Vintage Caron (dont la moitié toujours scéllé) pour la fin de ma vie ... merci.
Et je peux dire que je n'en ai pas connu deux qui sentent exactement la meme chose.
Peut etre que grace a LT je suis maintenant tres riche :) ... ce me ferait rire moi qu'achetez il y a 10 15 ans des vieux flacons (parce qu'on disait pas vintage a l'époque) car c'était moins cher.

De plus il reigne un flou artistique sur la version de référence de TS.

La marque Caron a été longtemps tenu par le marché américain sauf pendant les années 90 bien avant l'arrivée de Fraysse le nul :)
En 95 il y avait une ambiance triste rue Montaigne et on craignait la fin.

Cependant je ne désire pas la mort de cette société.
Allez j'arrete de prendre le blog d'ambre gris en otage pour des reflexions qui me sont plus ou moins destiné j'ai l'impression.

Continuez votre balade Ambre que vous aimiez des 5 étoiles ou des 1 étoiles ne doit en rien modifier votre trajet. Notre gout est unique et ... heureusement.
Persone au monde n'est dépositaire du bon goût.

Anonyme a dit…

Il y avait peut-etre une ambiance triste dans les annees 90 a la boutique Montaigne, j 'y suis allee a maintes reprises lors de voyages en France, je trouvais personnellement que les vendeuses etaient pimbeches, comme chez Annick Goutal, mais au moins ces parfums Caron restaient integres a leurs formules d 'origines, le 'nez' de l 'epoque faisait du bon travail, ce qui n 'est plus du tout le cas!
Dans l 'etat actuel des choses, je vous le certifie, l 'ambiance triste Caron est a New York, la belle boutique de Madison Ave a fermee l 'annee derniere et les parfums fontaines se sont retrouves au fond du spa Phyto-Universe qui appartient au groupe Ales dans un quartier glauque (surtout le soir) a deux blocs du Queensboro Bridge.
Je ne voudrais pas lui apporter d 'ennuis mais j 'ai passe une apres-midi entiere a discuter des reformulations de Richard Fraysse avec Diane Haska, elle me disait qu 'a chaque fois qu 'on lui envoit les petits containers/bidons d 'extraits de parfum dits 'fontaine', elle en est malade, non seulement ca change tout le temps de formule mais ca va de mal en pis. Le pire c 'est qu 'elle se retrouve seule a New York avec une clientele qui connait par coeur ces parfums, des clientes exigeantes a qui il est difficile de raconter des histoires. Elles ont un vecu Caron, un recul, une experience, ces clientes se lassent et peu a peu delaissent ces parfums qu 'elles ont porte parfois toute leur vie.
L 'annee derniere, deux jours avant Noel dans ce semblant de boutique vide de clientes et si triste (Caron organisaient en plus de ca des soldes en pleine fetes de fin d 'annee ce qui est legal aux USA) Diane Haska m 'avait donne un flacon 25ML En Avion scelle qui date de 2000. Je l 'ai pas ouvert, mais de ce que je me souviens a cette epoque En Avion etait deja a mi chemin entre la "patte" Richard Fraysse et de ce qu 'il etait en terme de finesse et de beaute dans les annees 90.

----------------------

Farnesiana (Caron) 1 etoile floral woody

I had the good fortune to smell a bit of perfectly preserved vintage Farnesiana from the bottle of a collector friend, who let me dip the corner my silk scarf into it. For the next week I could smell it: a sweet, almond vanilla floral, both powdery and fresh, with a chilly anisic whiteness -- heliotropine and aubepine (mimosa and hawthorn). I was extraordinary because the smell itself felt tender and delicate.
A few years ago, Farnesiana transformed into a pastry gourmand, all marzipan and custard. Then it transformed again: thinner, rosier, a kind of pale violet with wood glue. I don 't know what it is but IT 'S NOT FARNESIANA. Richard Fraysse should smell Parfums de Nicolai 's Mimosaique and recalibrate his notion of what this is supposed to be.

Tania Sanchez

la lettre A a dit…

Juste pour info

J'ai épluché les communiqué de résultat du groupe Ales et du groupe CORA disponible

Caron fait 75% a 80% de son chiffre d'affaire en France depuis que Cora avait ciblé le marché national comme prioritaire.
(çà c'est une surprise pour moi quand on sait que la marque est peu connue)

La vente de la boutique de Madison a servi a acheter celle de place Beauvau (une erreur a mon avis ... un point de vente était suffisant sur Paris)

Le moteur de Caron c'est les ventes de Pour un Homme. (Seul produit acheté par Sephora).

Depuis toujours Caron manque d'un Feminin Populaire (quelque chose que TOUS les propriétaires de Carons ont raté)

Avis Perso (je vais encore me faire tuer) : "Aimez Moi" était le meilleur élément porteur de ces 20 dernières années mais çà n'a pas marché.

Anonyme a dit…

Je déteste les creations de R. Fraysse, il n'est pas un genie comme M. Daltroff. Il crée les parfums sans ame, sans coeur, sans esprit. Mais je peux rester tranquille, j'ai tant des flacons vieux.

Rafaèle a dit…

Ton article me donne juste envie de sentir ce parfum... Toujours le désir de retrouver des accents de l'Heure Bleue, son "poudré rond velouté" !
Pas de petit séjour à Paris à l'horizon, malheureusement ;-(...

Six' a dit…

A

Caron appartenant à la même maison que Cora, ça casse quand même le mythe ;)

Aimez-moi, malheureusement je... n'aime pas, à cause de la note réglisse qui réagit mal sur moi et me soulève le cœur - mais ça reste un fort joli parfum, je trouve.

Au niveau de la distribution, je ne sais pas exactement comment ils cherchent à se positionner, c'est assez bizarre... Pour un Homme seulement chez Sephora, quelques autres dans les rayons parfums rares du Printemps, tandis qu'en Belgique les mêmes sont largement distribués dans une des deux grandes chaînes - mais les parfums fontaine sont perdus, dans une seule petite boutique de cette enseigne, où ils ne sont pas mis en valeur le moins du monde... honnêtement, j'ai du mal à m'y retrouver.


Anonyme,

Encore un avis dans ce sens! Décidément...


Rafaèle,

En extrait, il est plus dense que L'Heure Bleue, je dirais que l'EdP s'en rapproche plus dans l'esprit... mais sur un mode majeur, souriant, là où L'HB est en mode mineur, faute de pouvoir mieux l'exprimer - à essayer en tout cas! :)

Julien F. a dit…

J'ai fait mon premier tour à la maison mère Caron à mon dernier passage à Paris. Apparemment, les vendeuses aussi ont été "reformulées".

La mienne était spé. Femme entre 2 âges, qui a su faire semblant d'être gentille le temps de me faire sentir les parfums, tout en débitant des conneries énormes.
Bon, moi aussi j'étais spé, totalement fatigué, avec une petite voix, mais gentil et attentif.
Reste que je demande à sentir les extraits elle me fait sentir les EDT(EDP?). Me dit "Caron n'utilise que des ingrédients naturels" "ah non y'a pas d'heliotropine dans farnesiana" "ah non y'a pas de labdanum" (il s'agissait pourtant d'un chypre!). Me refuse tout échantillon. Fait une grimace de soulagement au portier -je l'ai perçu comme ça- une fois que je suis sorti : pas gentille la dame en fait !
Bref une vieille blonde trop maquillée qui semblait avoir les préjugé d'une éducation bourgeoise sans en avoir la culture.
L'impression qu'on s'est foutu de votre gueule n'est pas agréable.

Les parfums.
J'avais lu le livre de Luca Turin avant. Je n'ai pas l'expérience pour dire s'il a raison, mais je ne pense pas qu'il ai tort.
De souvenir, j'ai trouvé à tous les parfums un côté "foutoir", un manque de corps, mais une qualité qui fait encore naturel.
D'habitude quand une formule est abaissée pour couter moins cher, les axes du parfums deviennent "long" et "maigre", parce qu'on remplace l'opulence d'une multitude d'ingrédients naturels par quelques synthétiques moins coûteux. Ici, j'ai senti un peu cette absence de chair au travers des parfums, sans avoir l'aspect artificiel des parfums trop édulcoré.
J'ai aussi perçu l'aspect foutoir/foisonnant comme une diversion, comme si des notes avait été rajoutée pour créer une diversion. Ces notes semblaient "ajoutées" car elles étaient porteuses de contradiction par rapport au reste du parfum, et qu'elle destructurait son message en desordonnant sa structure tete/coeur/base. Ce côté foisonnant est peu être le "côté italien" mentionné plus haut.
Par opposition à ces notes de diversion, j'ai senti des absences, au corp, au message, à l'âme des parfums.
Et puis je n'aime pas qu'on me vende sous le nom d'un parfum mythique quelque chose de totalement différent.

Donc je rejoins et comprend la notation de Turin, qui -quoi qu'il en dise- cherche un semblant d'objectivité en prenant en compte l'évolution (tete/coeur/base) des parfums, à 3* (parfum bien sans plus) il aura enlevé une étoile à cause du côté foutoir, et une étoile parce qu'on défigure trop des parfums qui avait un identité précise, une entité propre.

Par exemple, farnésiana, on peut dire que les parfums heliotropine+jasmin+vanille ont en voit un peu partout, c'est une idée de base facile en parfumerie -je pense-. Après des reformulations où on tronque le caractère historique d'un parfum par ignorance ou par mode, où on rajoute des notes pour faire original, et où la subtilité est évacué avec les ingrédient naturel, on se retrouve avec un parfum confu et commun qui ne mérite pas de porter le nom du parfum d'origine.

Désolé, j'ai fait trop long, et puis ce sont des avis subjectifs donc hautement discutables...

sebastien a dit…

où puis je trouver du parfum "tabac blond" de chez Caron, le moins chère possible? Merci