[Parlons parfums] Parler de parfum...

Longtemps j'ai hésité avant de lancer ce blog.

J'étais amoureuse de parfums depuis toujours, certes, et de senteurs sous toutes leurs formes... mais si apprécier une odeur, s'en enivrer, est une chose, en parler en est une autre, et bien différente.

Les difficultés en sont évidentes: notre langue est fort pauvre en termes permettant de décrire précisément les odeurs... et s'y ajoute la question du ressenti, qui diffère évidemment d'une personne à l'autre, selon ses propres référents. Restait, surtout, la pierre d'achoppement principale: étais-je qualifiée pour parler de parfums?

Depuis le début, la réponse, pour moi, est... "pas vraiment".
Je suis passionnée, il ne se passe pas un jour sans que je sente un ou (souvent) plusieurs parfums, mais j'ai toujours ressenti la présence d'une barrière invisible, mais bien réelle, entre l'amateur, si passionné soit-il, et le professionnel du milieu, le seul à connaître vraiment tous les rouages de la conception, de la réalisation, de la commercialisation du parfum. Cette industrie est réputée être particulièrement secrète, ce qui est somme toute logique: elle vend du luxe, elle vend de la séduction, elle vend du rêve, et une démystification ne pourrait que lui causer du tort.
Qui se situe de l'autre côté de la barrière, du côté du client-consommateur, a alors toutes les peines du monde à grappiller des informations réelles, à comprendre, au final, "comment ça marche", de l'autre côté du miroir...

Dans ces circonstances, certaines rencontres vous marquent.
Vendredi dernier, Poivre Bleu et moi avons ainsi eu l'honneur et le très grand plaisir de faire la connaissance d'Olivier Cresp, l'un des tout grands compositeurs de parfums (Angel de Mugler, Light Blue de Dolce&Gabbana, Noa de Cacharel, Amour de Kenzo, etc.), à l'occasion de la présentation de Magnifique, le prochain féminin de Lancôme.
L'entendre parler avec simplicité de son métier, de ses créations, du monde de la parfumerie en général m'a permis d'entrevoir une partie de ce monde que je voudrais tellement mieux comprendre... j'y reviendrai bientôt.

Et cette rencontre m'a aussi fait réfléchir, justement, à cette barrière, que je ne suis pas (encore?) à même de franchir.

J'en reste donc au parti que j'ai pris depuis le début, c'est à dire ne pas me lancer dans la véritable "critique" de parfums - le mot français, bien que seul correct, est déjà tellement chargé, avec son double sens, alors d'ailleurs que l'anglais distingue la review, passage en revue d'un produit, du criticism, jugement négatif...

Je ne fais donc, ici, que donner des avis. J'essaie, d'une part, de décrire chaque parfum le plus objectivement possible, pour que ceux qui ne l'ont pas senti puissent s'en faire une bonne idée, et je donne d'autre part mon ressenti personnel, basé à la fois sur mes connaissances et mes expériences actuelles de la parfumerie - que je m'efforce toujours d'accroître, le domaine étant d'une telle richesse - et sur mes goûts, mes associations personnelles, mes préférences.


Je suis, véritablement, une amatrice, dans tous les sens du terme. Et ici, je ne cherche qu'à partager ma passion.
Amoureux et amoureuses du parfum, unissons-nous donc!


8 commentaires:

Vero59 a dit…

bonjour,
je lis votre blog depuis pas mal de temps mais je n'ai laissé aucun commentaire jusqu'a maintenant.
ceci pour vous encourager a continuer, j'aime votre façon d'ecrire complete et simple a la fois. Je vais lire plusieurs blogs parfums et le votre figure dans mes favoris, ce n'est pas pour rien.
je suis "amatrice" de parfums depuis plus de 10 ans, voire 15 ans ? avec une belle collections de senteurs a la maison(plus ou moins rare)
Il m'est arrivé dans des forum où j'apparais sous un autre pseudo que l'on me pousse a ouvrir un blog de commentaires sur les parfums, mais je n'ai jamais vraiment eu ce courage, ni le temps.
Donc tout ceci pour vous encourage a continuer, j'essaierais de laisser un petit commentaire de temps en temps mais je ne suis pas tres bavarde
je vous souhaite une bonne continuation

Aurelien a dit…

Il est difficile de parler de parfums, en effet, tout comme il n'est pas toujours évident de laisser un commentaire sur un blog de parfum. Cette note me rappelle beaucoup une autre de tes notes "l'art du parfum". Il n'est pas aisé de partager sa passion lorsque celle-ci est fondée en grande partie sur le ressenti, sur les impressions, sur son vécu. Il y a une différence entre l'amoureuse de parfums que tu es et que l'on découvre au fil de tes notes parfumées, et un professionnel du parfum. Tu parles de ta passion avec amour, simplicité, avec cette envie de partager, ce que l'on ne retrouve peut-être pas chez tout les professionnels.
Cela dit, tes notes (et je répète volontairement ce terme qui correspond davantage à tes écrits que billet ou article) sont imprégnées par ton amour des parfums et c'est ce qui rend ton blog si agréable à lire. Je trouve que tu arrives très bien à nous offrir une image de l'odeur des parfums que tu décris, tout en partageant en plus tes propres impressions. Je pense qu'une personne passionnée est toujours passionnante, et tu illustres cela parfaitement. Merci pour ton blog que je lis très régulièrement avec un grand plaisir et qui me permet d'en apprendre plus sur cet univers qui me fascine.

Six' a dit…

Vero,

Grand merci à toi d'avoir laissé un si gentil commentaire!
Je dois avouer qu'il est parfois difficile de voir si je ne prêche pas un peu dans le désert, comme le format que j'utilise n'incite pas vraiment au commentaire... alors c'est très rassurant de voir qu'il y a quand même des gens qui apprécient!
Je t'ai en effet déjà vue chez Poivre Bleu, et j'apprécie vraiment tes avis bien argumentés - je me range aux opinions des autres, il faut faire un blog, on est déjà trop peu nombreux dans la blogosphère parfum francophone... ;)
Plus sérieusement, encore merci à toi, et au plaisir de te revoir ici!


Aurélien,

Merci pour ces compliments, je vais rougir!
L'appréciation d'un parfum, est, c'est vrai, tellement basée sur le ressenti personnel que ça complique singulièrement l'exercice...
Merci encore à toi!

Nathalie a dit…

« Mieux que connaître une chose l’aimer » Confucius

J’aime beaucoup le mot « amateur » je trouve que c’est un beau mot malheureusement souvent utilisé de manière péjorative, mais l’amateur c’est celui qui aime et qui mieux que lui peut parler de l'objet de son amour ? Le professionnel ? Il est empêtré dans toutes sortes de limitations, forcé à communiquer comme on le lui demande, souvent très occupé et sous pression.

Cependant il faudrait plus de parfumeurs et de professionnels du parfum comme Christophe Laudamiel, que j’admire beaucoup pour son envie de transmettre quelque chose de vrai autour de son métier et d’éduquer le grand public.

Ne t’arrête surtout pas six ! Bravo pour ton blog ! :)

carmencanada a dit…

Chère Six', il ne faut pas trop se poser des questions. L'écriture sur les parfums n'est pas un genre assez développé pour qu'il n'y ait pas encore une place énorme dans laquelle évoluer, poser sa voix, trouver ses marques et avancer dans ses perceptions. La forme blog, bien entendu, s'y prête idéalement par sa spontanéité et sa désinvolture.

la lettre A a dit…

C'est un travail délicat

L'odorat avec le gout ne sont pas des sens "reproductibles".
Un disque fait l'illusion pour l'oreille, une photo, un film pour la vue ...

Mais pour les sens basés sur la détection de molécule il n'y a pas de reproduction. Donc pas de moyen de faire passer le message sans dire "Aller au Sephora du coin"

A ceci s'ajoute un manque total de vocabulaire propre au parfum. Comme le démontrait JC Ellena, seul les termes Chypre, Fougere et peut etre Muscé sont des termes propre aux parfums.
Le reste des adjectifs disponibles est pris a tous les autres sens.

Parler des parfums c'est donc un exercice de style tres délicat et difficile.
Perso je sais pas faire. Quand quelqu'un veut que je lui en parle, je sors 10 verres a cognac et je fais un pshitt de 10 parfums ... et je l'invite a sentir.

La transposition de la sensation en language est une prouesse que je ne posséde pas ... vous, par contre vous êtes sur la bonne voie. Travail et passion.

Six' a dit…

Nathalie,

Je suis assez d'accord - sans compter la déformation professionnelle qui fait parfois trop décortiquer les choses (je connais un musicien qui n'arrive plus à apprécier la musique, il commence instantanément à l'analyser dès les premières notes...) - mais ce qui manque à l'amateur, d'autre part, ce sont les connaissances approfondies, la compréhension de l'art d'assembler les molécules...
Les deux ont du bon et du moins bon, j'imagine... tant que la passion y est!

Quant à Christophe Laudamiel, je connais encore trop mal son travail pour pouvoir me prononcer plus en avant, mais en tout cas, ce que j'ai pu voir de son attitude me plaît beaucoup ;)
(et rien que le concept du coffret du Parfum était brillant!)

Grand merci pour tes encouragements! :)

Six' a dit…

D,

C'est très vrai... mais je crois être viscéralement incapable de désinvolture, même sur blog ;)
Le perfectionnisme peut être une vraie plaie, par moments!


A,

C'est exactement ça! La plupart du temps, il faut utiliser des analogies, des comparaisons, qui peuvent être pertinentes ou pas. C'est aussi le cas pour les autres sens, c'est vrai, mais si on se rend parfois compte, en parlant avec quelqu'un, que leur vision du "bleu ciel" est différente de la vôtre, pour l'odorat, les fluctuations de ressenti d'une personne à l'autre sont bien plus importantes, je trouve - à plus forte raison que ce sens est négligé par rapport aux autres...

Et grand merci pour ces compliments - travail et passion, ce pourrait être ma devise, effectivement! ;)