[Avis] Cuir - Lancôme

 
Au commencement fut Révolte, un cuir lancé en 1936, un an après les débuts de Lancôme dans le monde de la parfumerie. Le nom n'était guère plus osé que Conquête de la même maison, ou encore que My Sin ou Scandal de Lanvin, mais il fut malgré tout jugé peu approprié, puisqu'il fut remplacé en 1939 par l'appellation plus sobre de Cuir de Lancôme
  
S'il emprunte le nom de cette ancienne fragrance, le nouveau Cuir, bien que lancé dans la gamme de rééditions de Lancôme, est en fait pratiquement une nouvelle composition. De son ancêtre, cette création de Calice Becker (J'Adore de Dior, Beyond Paradise d'Estee Lauder) ne semble avoir gardé que la famille olfactive...  
  
 
Notes de tête: bergamote, mandarine, safran
Notes de cœur: jasmin, ylang-ylang, aubépine, patchouli
Notes de fond: iris, bouleau, styrax

  
  
Cuir nouvelle version s'ouvre sur une note hespéridée un peu amère, mêlée d'un safran très présent, aux accents légèrement médicinaux, ponctués d'une infime touche de poivre noir. Je soupçonne d'ailleurs ce safran de s'amplifier sur ma peau: il se fait plus puissant et se maintient bien plus longtemps, sur moi, que ce que j'ai pu en lire dans d'autres avis. 
  
Les notes caractéristiques des accords cuir, le bois fumé du bouleau mêlé à la douceur balsamique du styrax, se font rapidement sentir. Ces notes me sont, je l'avoue, encore trop peu familières pour que je puisse en dire beaucoup plus long. Disons juste que le bouleau fumé me semble comparativement ténu: ce Cuir-ci, par rapport à des références du genre comme Tabac Blond ou Cuir Mauresque, paraît plus léger et surtout très lumineux, avec un aspect végétal marqué (serait-ce dû à une note d'isobutyl quinoléine?). L'accord floral blanc, dans lequel ni l'ylang ni le jasmin ne prédominent réellement, à mon nez, renforce cette impression de radiance feutrée et lumineuse. Cette moelleuse suavité reste malgré tout tempérée par la note de safran poivré qui se maintient longtemps (du moins sur ma peau) et lui confère une certaine vigueur. 
   
Ce n'est qu'en fin de tenue que Cuir se poudre très délicatement d'iris et se réchauffe de quelques menus accents sucrés: pendant la vaste majorité de son - excellente - rémanence sur la peau, je le trouve remarquablement sec malgré sa douceur, dépouillé de toute trace de sucre. 
   
   
La version actuelle de Cuir de Lancôme est un jeu de contrastes, insufflant dans les notes caractéristiques de cette famille olfactive une inhabituelle luminosité, corsant sa légèreté fleurie de safran piquant... un parfum cuiré réellement différent, et une très belle réussite. Dommage qu'il soit si difficile à trouver: la rumeur veut que, trop coûteux à produire, il soit finalement sorti en édition limitée...
   
  
Maison: Lancôme
Créateur: Calice Becker, avec Pauline Zanoni
Année de création: 2007
Famille: cuir / chypré fleuri
Disponible en Eau de Toilette, vapo 50 ml. Peut-être encore disponible à l'Institut Lancôme (29, rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris VIII), et sinon chez certains discounters en ligne.
    
  

10 commentaires:

vero59 a dit…

tres belle revue de cuir en réédition, un cuir velouté comme une peau de pêche, et cremeux a souhait, une veritable merveille. Dommage que cette réédition doit déjà arretée

Six' a dit…

Est-ce que le safran est très présent sur toi? Sur moi, c'est ça qui le distingue, il est très velouté... sous cette note safran poivré!
Je regrette aussi vraiment qu'il soit arrêté, je vais devoir être parcimonieuse avec mon flacon maintenant!

vero59 a dit…

non le safran est assez voilé sur moi, il est beaucoup plus present quand je porte safran troublant par exemple

carmencanada a dit…

J'aime énormément Cuir de Lancôme (tiens, il est temps que je le ressorte, dans quel placard l'ai-je caché?). J'ai également l'original, effectivement très, très différent, plus austère, avec des relents vieille église...
L'histoire de cette réédition est rocambolesque: il est apparu, a disparu peu de temps après son lancement, est revenu un bref moment... Puis il a déboulé chez certains discounters américains en ligne. On y perd son latin!
Le nom de "Révolte" a été retiré parce qu'il avait l'heur de déplaire aux autorités de certains pays latino-américains, un énorme marché pour le parfum dans les années 1930...

Dain a dit…

Allo, j'aime bien votre blog, je veux te "tag".

http://arsaromatica.blogspot.com/2008/10/to-reader-six-things-you-never-needed.html

Perfumeshrine a dit…

Merci pour la belle revue qui a accentué tout ce que j'ai trouvé agréable dans cette nouvelle re-édition! C'est vraiment magnifique, beaucoup plus que Magnifique ;-)

Poivrebleu a dit…

Sixtine, vous avez été taggée! A votre tour!

http://poivrebleu.wordpress.com/2008/10/26/jai-ete-taggee-ive-been-tagged/

carmencanada a dit…

Six', vous êtes taggée! Voyez mon blog pour les régles...

Anonyme a dit…

j'aime beaucoup également Cuir de lancôme que j'ai découvert la semaine dernière lors d'une énième ballade parfumée !
Tu le décris tellement joliment que on ne peut que avoir envie de le porter !
belle journée à toi

Hermeline a dit…

C'est tardif, mais grâce à vous et à Poivre bleu j'ai découvert une nouvelle famille olfactive qui m'enchante: les cuirs. Je suis en fait assez étonnée de m'y retrouver avec autant d'aise, une fervente d'hesperidé, de fleuri doux pas trop poudré et assez réfractaire à l'opulence et principalement à ce qui est sucré. J'ai découvert Daim blond de Lutens que je vais sans aucun doute me procurer (peut-être aussi Féminité du bois que j'aime presqu'autant, ils sont hélas chers...), senti Cuir de Russie de Chanel (une merveille lui aussi), fait venir un échantillon de Cuir de Lancôme (le flacon est encore trouvable sur des sites nord-américain à environ 40-50% de rabais, avis aux intéressé[e]s) et d'autres restent encore à découvrir. L'automne devrait magnifier ces jus raffinés, mais c'est très portable en été. Je porte actuellement à 32c à l'ombre Cuir de Lancôme et il n'est pas entêtant même si j'ai eu pour une rare fois la main un peu lourde.
Merci de m'avoir fait sortir de ma zone de confort.