[Avis] Un Jardin en Méditerranée - Hermès

Voici le premier-né de la série des Jardins d'Hermès - qui n'était d'ailleurs pas, au départ, conçue comme une collection. En 2003, après l'énorme succès de l'Eau d'Orange Verte (création de Françoise Caron), le sellier parisien voulait lancer une autre fragrance dans le même esprit. Il n'y eut pas de "brief", ce cahier-des-charges/appel-d'offre marketing dont font couramment usage, aujourd'hui, les maisons de parfum, mais simplement l'idée d'un jardin en Méditerranée, invitation à visiter le jardin tunisien de la directrice artistique d'Hermès à l'appui.
La proposition de Jean-Claude Ellena fut retenue, une épure aux 26 composants à peine, parfaitement mixte, qui portait la signature limpide du maître - et le succès fut au rendez-vous. L'année suivante, le Grassois recevait la proposition de devenir le nez attitré de la maison...


Notes de tête: bergamote, fleur d’oranger
Notes de cœur: lentisque, laurier blanc, figue
Notes de fond: figuier, cèdre rouge


A l'entrée de ce Jardin souffle une bourrasque de bergamote, verte et amère, qui rappelle l'ouverture des Eaux de Cologne traditionnelles. Mais elle est mêlée de... feuilles de tomate? La note n'est pas reprise dans la composition officielle, mais elle est assurément très présente, donnant à ce jardin des allures de potager au premier abord.

A mesure que le vert de tomate s'estompe, il vient intimement se mêler à une senteur intense de figuier. Toutes les facettes de l'arbre y sont représentées: il y a là la sève douce-amère et lactée de ses feuilles, et l'arôme rouge sombre de ses fruits, qui le sucre à peine, et très brièvement. L'ensemble, sans être véritablement frais, évoque une ombre bienfaisante...

Cet accord de figuier, qui va se prolonger pendant la majorité de la tenue sur la peau, sera rejoint au fil du temps par une note boisée, qui se renforce avec le temps - et malgré tout son sillage, elle restera translucide, dans la manière de J.-C.Ellena. Le lentisque, avec ses accents térébenthinés, arrive au milieu des notes de cœur pour leur apporter une certaine profondeur.

Ce sont ces accords verts-boisés, teintés d'une nuance aqueuse, qui vont se prolonger et se réchauffer légèrement, sans plus la moindre trace fruitée, en fin de tenue - moyenne, mais plus que satisfaisante pour cette concentration.


"Parfum d'ombre et de lumière"? Pari réussi avec ce Jardin en Méditerranée, qui allie à la luminosité de ses notes hespéridées et aquatiques une senteur de figuier caractéristique, âme de la fragrance, qui recrée autour d'elle une aura ombragée... ce qui fait de ce Jardin un délicieux parfum d'été, un vrai bonheur à porter par les grandes chaleurs! Dans la lignée de l'Eau d'Orange Verte de la maison, mais en en dépassant les limites hespéridées, cette belle composition allait marquer l'image des parfums Hermès. Désormais, ce serait ce style épuré et limpide, signature de J.-C. Ellena, qui y donnerait le ton...


Maison: Hermès
Créateur: Jean-Claude Ellena
Année de création: 2003
Famille: floral-aquatique, hespéridé
Disponible en Eau de Toilette, vapo
100 ml (87 EUR). Une gamme de produits coordonnés est disponible. En parfumerie.


Image: Hermès


1 commentaire:

News from Overseas a dit…

Je dois dire que j'ai un peu de mal avec ces parfums verts un peu amères... Je le regrette d'ailleurs car cela m'empêche souvent de voir au delà de mon propre goût pour décortiquer l'âme du parfum !