lundi 8 février 2010

[Avis] Oriental Brûlant - Guerlain


Dans le style bonbonnière, Guerlain vous propose sa collection des Elixirs Charnels.
"Elixir charnel": le ton est donné. On est, certes, dans un registre onomastique un peu plus soutenu que les francs S-eX, FCUK Him et autres Very Sexy Hot, mais l'idée est la même: le parfum comme accessoire caliente.

Réalisé à quatre mains par Christine Nagel (Miss Dior Chérie, Si Lolita) et Sylvaine Delacourte, le trio original, sorti en 2008, rend hommage à sa manière à de grandes familles olfactives - quoique toutes déclinées sur un mode résolument sucré. Et chacune de ces familles symbolise un état d'esprit, à adopter donc selon son humeur du jour: Gourmand Coquin pour jouer les femmes-enfants taquines, Chypre Fatal pour les Lauren Bacall en puissance, et Oriental Brûlant qui, à court d'évocations, se veut tout simplement érotique. Est venu s'y ajouter en 2009 l'androgyne Boisé Torride.

À l'époque, la prose fleurie qui accompagnait la sortie de ces exclusifs gourmandoïdes avait fait hurler de rire l'ensemble de la blogosphère. Jugez-en plutôt:

Une irrésistible envie de plonger dans ses fantasmes grâce à une seule goutte de parfum. Laissez vos sens décider quelle femme vous voulez être ce soir.
(...) Une essence brûlante pour une femme érotique.
Et ce ne sont là que les parties les plus présentables. Chez Harlequin, on en ricane encore.


Ce détail marketing mis à part, et à présent que le buzz est retombé, qu'en est-il des jus?

Si les communiqués de presse et les flacons couleur guimauve laissaient effectivement présager le pire, les fragrances sont au final une assez bonne surprise. Elles ont en commun une composition claire sans être simpliste, d'accès aisé, qui les rend immédiatement plaisantes. Les matières sont de qualité, mais si ces Elixirs lorgnent quelque peu du côté de L'Art et la Matière, ils ne sont pas aussi ciselés, et ils partagent tous peu ou prou une tonalité sucraillonne un brin racoleuse.
Ceci dit, ce sont de beaux parfums malgré tout, en particulier Gourmand Coquin, très bon dans son registre, avec ses amusants relents de Nutella, et - surtout - le très Guerlain Oriental Brûlant.


Oriental Brûlant est, comme son nom l'indique, l'oriental de la collection, un oriental qui "évoque la sensualité d'une étreinte" (si on vous le dit!), un oriental "vibrant. Sensuel, enivrant, addictif"...

Notes de tête : clémentine
Notes de cœur : amande
Note de fond : fève tonka, styrax, vanille

Oriental Brûlant commence en fanfare, avec une explosion de notes boisées très présentes, un peu rêches, qui tiennent beaucoup du patchouli. Elles vont s'amenuiser au fil du temps, mais subsisteront en colonne vertébrale de la fragrance, pour disparaître, curieusement, dans les notes de fond. Cette volée de bois râpeux se love au cœur d'un oriental chaud, dense et sucré, une sorte de cocktail mi-ambre, mi-massepain parfaitement délicieux.
À ce premier stade, Oriental a à peu près autant de timidité, dans son genre, que Shalimar - gare au sillage!

Pendant que le bois se dissipe petit à petit, le cœur ambré va poursuivre sur sa lancée, toujours mâtiné d'amande, et va solidement se vaniller au fil du temps.
Une volute fumée va venir danser en fin de tenue, puis s'évanouir avec le reste: étonnamment, malgré une composition riche en notes tenaces, la rémanence est juste un peu courte pour une eau de parfum.


Variation sur un thème connu, Oriental Brûlant n'a peut-être rien de révolutionnaire, mais il réunit bien des ingrédients qui ont fait de tant de recettes Guerlain des réussites. C'est d'ailleurs celui des Elixirs qui porte le plus nettement la patte de la maison, dans sa dernière manière - il serait en quelque sorte la synthèse entre l'envoûtante élégance d'Attrape-Cœur et le clin d'œil girly-chic de La Petite Robe Noire.
Véritable oriental, ambré-vanillé chaleureux, il se montre réellement séduisant.
"Érotique", par contre? Il faudrait que Monsieur ou Madame prise la pâtisserie dans le boudoir...


Maison: Guerlain
Créateur: Christine Nagel et Sylvaine Delacourte
Année de création: 2008
Famille: oriental
Disponible en Eau de Parfum, vapo 75 ml (165 EUR), exclusivement dans les boutiques et espaces Guerlain.


Images: Sniffapalooza, Guerlain



6 commentaires:

  1. Et bien me voilà mise en appetit! Merci Six' pour cet article complet et qui donne "envie de connaître".
    Je me demandais si la note styrax apportait une touche de cuir dans les notes de fonds, ou si elle faisait l'effet d'un baume?
    La note patchouli du départ est-elle encore présente en filigrane dans l'accompagnement de la vanille des notes de fond?
    Aah oui vraiment, il me tarde de le humer!
    ;o)

    RépondreSupprimer
  2. Jeeks,

    Honnêtement, en fond, je n'ai pas senti de note cuirée (dommage, ça aurait pu être pas mal du tout!)
    Curieusement, la note boisée-patchouli a l'air d'être "inversée" ici, elle est particulièrement forte en tête puis elle s'amenuise de plus en plus... on la sent encore un peu en fond, malgré tout.

    C'est quelque part un peu dommage qu'Oriental Brûlant soit finalement "enterré" au milieu de cette collection. Il est un peu trop sucré à mon goût, mais je trouve que c'est un beau parfum, bien conçu!

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais dans cette gamme que Chypré Fatal que l'on m'a offert. Il est très fin et raffiné mais il faut un peu de temps pour le découvrir sur peau. Il a un côté moelleux et doux sans doute dû à la pêche mais je ne le trouve pas si sucré. Il est parfait pour l'hiver grâce à ses notes chaleureuses... Je vous invite à le découvrir. quant à moi votre description me donne vraiment envie de sentir cet Oriental brûlant lors d'un prochain séjour à Paris.
    Senga

    RépondreSupprimer
  4. Senga,

    Chypré Fatal est celui de la collection que je connais moins, il ne m'a pas interpellée immédiatement et, n'étant pas particulièrement fan de la famille au départ, je ne l'ai même pas essayé sur peau... vous me donnez en tout cas très envie de le découvrir, et je lui donnerai le temps, cette fois!

    L'Oriental vaut la peine d'être découvert en tout cas, même si un peu plus sucré apparemment que le Chypré, il est très beau!

    Merci d'être passée ici!

    RépondreSupprimer
  5. Merci Six' pour ta réponse!
    Très envie de sentir cet Oriental et ce Chypre...! Même si la politique "nivelée" de Guerlain me pèse un peu...beaucoup!

    RépondreSupprimer
  6. Jeeks,

    Je comprends bien... c'est l'éternel débat, certains pensent que la politique de Guerlain permet de conserver les grands classiques qui ne se vendent plus forcément beaucoup (je tremble pour mon Après l'Ondée!), d'autres trouvent que décidément, trop, c'est trop! (cf les Mon Précieux Nectar et autres attrape-oligarques)

    Moi, je dois avouer que je suis partagée. D'une part, je commence à avoir une accumulation embarrassante de grandes boites marron glacé (les Parisiennes ayant tendance à disparaître sans crier gare, et les rééditions Vega et Sous le Vent semblaient aussi menacées... )
    D'autre part... trop, c'est trop, effectivement. La tendance à l'inflation, aux rééditions fugaces, au repackaging luxe de sorties autrefois grande distribution, aux lancements ultra-limités, etc... tout ça tape sur les nerfs, à force, même pour les amoureux de la maison (j'en suis!). D'ailleurs, pour cette collection précise, le prix me semble à vrai dire un peu ambitieux.

    RépondreSupprimer

Il est possible que je prenne un petit peu de temps avant de répondre à vos commentaires; si vous voulez être alerté(e) par mail dès qu'une réponse est postée ici, cliquez en bas du champ de commentaire sur "S'abonner par e-mail"!

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails