jeudi 25 février 2010

[Avis] Pure Poison - Christian Dior (eau de parfum et Elixir)

Plutôt qu'une suite de flankers, les Poisons de Dior sont en quelque sorte une série conceptuelle, dont le trait d'union serait une même tendance à l'ostentation, une volonté assumée de s'afficher sans complexe et sans la moindre subtilité - si l'on fait abstraction, peut-être, du vert Tendre Poison, disparu depuis.

Quatrième de la série, Pure Poison, sorti en 2004, a été créé par un trio, Carlos Benaïm (Prada éponyme, Euphoria de Calvin Klein), Olivier Polge (Dior Homme, Cuir Beluga de Guerlain) et Dominique Ropion (Aimez-Moi de Caron, Jungle l'Elephant de Kenzo).
L'iconique flacon-pomme du premier Poison se décline ici en joli blanc opalin - "pureté" oblige? Il faut dire que la communication, confuse, parle tout à la fois d'ingénuité et de sincérité puis de séduction pure. Il est vrai que le jus joue effectivement d'ambivalence: misant sur l'aura d'innocence des fleurs blanches, oranger en tête, il la diffuse ensuite à un volume... surpuissant.

Cette ambiguïté se traduit par une identité un peu floue: Pure Poison n'est pas instantanément reconnaissable comme ses aînés Poison et Hypnotic, il n'a pas leur personnalité ravageuse, mais il a par contre hérité de leur tonitruance. Sans plus rien de vénéneux, on ne sait s'il faut se fier à la sagesse rangée de ces notes fleuries, ou si au contraire leur volume trahit leur vraie nature...

C'est que Pure Poison parle surtout de fleurs blanches, bien que traitées sur un mode nettement abstrait. L'amertume vert sombre des feuilles d'agrumes des notes de tête, bien présente et assez durable, laisse déjà deviner un cœur fleuri blanc, doucement sucré. Elle finit par disparaître en une heure environ, mais laisse encore flotter longtemps sur le cœur un voile translucide de fine amertume hespéridée, qui fait écho à celle de la fleur d'oranger. Cette fleur d'oranger peut-être est la plus identifiable, avec le jasmin, dans cet assemblage de fleurs blanches en fait très fondu, qui se fait compact, épais, de cette densité caractéristique commune aux différents Poisons. La senteur douce-amère et un peu savonneuse de l'oranger est entrelacée d'un jasmin épuré, lisse, poudré et sans trace d'indoles (ces molécules qui peuvent donner une tonalité "sale" au jasmin).
Dense, donc, et sucré à point, le cœur floral s'appuie sur un lit épais de musc blanc qui prolonge encore l'excellente rémanence.

L'ensemble évoque la même teinte blanche, sourde et monocorde, que son aîné Hypnotic Poison, et il partage avec la dernière mouture d'icelui cet effet global plutôt synthétique.




L'on dit régulièrement que Pure Poison a été attraper quelques papillons chez L'Artisan, mais j'avoue avoir peine à voir une similitude au-delà de leur famille olfactive commune. La Chasse aux Papillons est d'esprit léger, impressionniste, champêtre, tandis que le Poison, tout pur soit-il, est une composition abstraite, tendant délibérément vers l'artificiel - ce qui ne l'empêche nullement d'être très plaisante.

Si Poison était Circé et Hypnotic Poison tenait de Médée, Pure Poison se ferait plutôt Mithridate... armé d'un porte-voix.


Notes de tête: bergamote de Calabre, jasmin, orange douce, mandarine de Sicile
Notes de cœur: fleur d’oranger, gardénia
Notes de fond: santal, musc blanc, ambre gris



***




En 2006, Pure Poison allait être le premier de la série à recevoir son propre flanker. Proposé exclusivement dans un vapo à poire, Pure Poison Elixir est plus qu'une simple concentration en "eau de parfum intense" de l'original: c'est une subtile réorchestration de son thème de base, confiée à l'archiparfumeur de LVMH, François Demachy. La composition d'origine est là aussi conservée, mais enrichie de petites touches qui viennent l'étoffer, lui donner du moelleux; la différence entre l'original et la version Elixir est peut-être moins marquée que dans le cas de l'hypnotique aîné, mais elle reste palpable.

L'Elixir se fait ainsi plus acidulé, avec une très jolie note de mandarine en tête, réaliste et charnue, qui dure longtemps. Arrondie par une note de cacao qui se devine plus qu'elle ne se sent, la composition se fait moins amère, mois compacte.
En cœur, elle rejoint l'original en un proche sillon parallèle, mais se fait plus gaie, plus baumée, plus discrète aussi. Avec son amertume réduite, bien que toujours présente en filigrane, l'Elixir est aussi plus accessible que l'original, plus immédiatement plaisant, avec un côté cosmétique, coton/crème plus marqué.
Au terme de son évolution - la rémanence étant plus solide encore, à sillage égal - la fragrance se finit sur des notes douces, moelleuses et vanillées, juste un peu plus sucrées.


Notes de tête: petit-grain, mandarine verte
Notes de cœur: fleur d’oranger, jasmin sambac
Notes de fond: santal, ambre, amande, vanille, absolue fève de cacao



Pure Poison
Maison: Christian Dior
Créateur: Carlos Benaïm, Olivier Polge et Dominique Ropion
Année de création: 2004
Famille: floral - jasmin
Disponible en Eau de Parfum, vapo 30 ml (51 EUR), 50 ml
(73 EUR) et 100 ml (103 EUR), en parfumerie. Une gamme de produits coordonnés est disponible.

Pure Poison Elixir
Maison: Christian Dior
Créateur: François Demachy
Année de création: 2006
Famille: floral - jasmin
Disponible en Eau de Parfum intense, vapo poire 30 ml (62 EUR) et 50 ml (88 EUR), en parfumerie. Une crème pour le corps coordonnée est disponible.


Images: Joyce, Christian Dior, Fragrantica, Robert Brown - Calla Lily Abstract (Flickr)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Il est possible que je prenne un petit peu de temps avant de répondre à vos commentaires; si vous voulez être alerté(e) par mail dès qu'une réponse est postée ici, cliquez en bas du champ de commentaire sur "S'abonner par e-mail"!

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails