jeudi 18 février 2010

[Vintage] Jean Patou, Ma Collection - I - Amour Amour, Que Sais-Je?, Adieu Sagesse


1925: année faste pour le couturier Jean Patou.
Ses collections s'arrachent. Il habille la reine d'Espagne, Louise Brooks et Gloria Swanson. Sur les courts, Suzanne Lenglen arbore son monogramme.

Arrive l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes.
Le salon, qui célèbre le triomphe de l'Art déco, entend mettre en avant l'art de vivre à la française, la mode, le luxe. Coty, Pivert, Lubin seront de la partie. Guerlain y présentera un certain Shalimar.
Et Jean Patou va frapper un grand coup: il y fera son entrée dans la parfumerie, en présentant non pas une, mais trois fragrances simultanément.
Leurs noms? Les intrigants "Amour Amour", "Que Sais-Je?" et "Adieu Sagesse".

Écoutons l'explication du petit-neveu du couturier, Jean de Moüy:
Les trois parfums racontaient une histoire d'amour: Amour-Amour évoque le début de la liaison. Que Sais-Je? traduit une interrogation: "Qu'arrive-t-il? Les choses deviendraient-elles sérieuses?" Le troisième, Adieu Sagesse, marque la décision: "Oublions la sagesse!".
A vrai dire, Patou allait plus loin, et l'histoire d'amour contée ici éclot dans le contexte débridé des Années Folles. Si Amour Amour est bien l'instant où le cœur bat, le premier moment de flirt, et Que Sais-Je? celui de l'hésitation, Adieu Sagesse est celui où... le corps s'abandonne.
Ainsi que le disait le créateur, "Il faut vivre toutes les vertus et tous les péchés"...

Curieusement, chacun des parfums s'adresse aussi à un type de femme différent, selon sa... couleur de cheveux. Êtes-vous blonde? Amour Amour est pour vous. Que Sais-Je? est pour les brunes (beaucoup de sites donnent l'association inverse, mais la publicité d'époque ne laisse aucun doute). Adieu Sagesse, lui, est réservé aux rousses.
(Cet angle de promotion n'est pas unique dans l'histoire de la parfumerie: dix ans plus tard, Guerlain lancerait la très belle série de publicités "are you her type", illustrée par Élise Darcy, où chacun de leurs classiques sera associé à un type physique différent.)

Pour ses trois parfums, Jean Patou s'est d'emblée adressé aux meilleurs. A la composition, ce sera Henri Alméras, grand parfumeur grassois déjà créateur des Parfums de Rosine, le volet fragrances du couturier Paul Poiret. Pour le flaconnage, il fera appel au célèbre tandem Louis Süe, architecte-décorateur, et André Mare, dessinateur, qui conçoivent un flacon allongé, au bouchon en forme de pomme de pin (ou de framboise?).


Amour Amour, ce premier frémissement du cœur, est un bouquet floral où le jasmin domine. Clair et délicat, et par ailleurs d'allure classique, il a un charme à vrai dire joliment désuet. Avec le recul du temps, il semble aujourd'hui avoir été destiné à une jeune fille en fleurs, douce et insouciante, qui est depuis lors devenue grand-mère...
Il commence fraîchement, par une amertume de bergamote mêlée d'une acidité de citron. On a parfois mentionné un départ fruité - il est vrai que la composition cite du cassis - mais il n'est pas évident du tout, à mon nez.
Le jasmin prend très rapidement le dessus, marié à sa partenaire traditionnelle, la rose, au début en sourdine. Ce jasmin est clair, propre, assez perçant au départ, et surtout... nettement savonneux. Une note d'abord discrète, puis de plus en plus affirmée d'œillet apporte un peu de crémeux poudré, une infime pincée de girofle; elle sera finalement rejointe par un petit muguet joyeux.
La tonalité savonneuse va se poursuivre en s'amenuisant jusqu'aux notes de fond, doucement fleuries.
S'il fallait absolument le comparer à un parfum actuel, je dirais qu'il tendrait peut-être - de très loin - vers Joy, version eau de toilette, ou à la rigueur (et de plus loin encore) de jasminés savonneux comme Liù de Guerlain.

Notes de tête: bergamote, cassis, narcisse (plus citron, néroli, fraise?)
Notes de cœur: jasmin, rose, œillet (plus lilas, ylang?)
Notes de fond: miel, musc, civette, vétiver, héliotrope (?)


Que Sais-Je?
Pardi, je sais en tout cas que ce parfum-là est un bijou! Andy Tauer, parfumeur indépendant suisse, le classe d'ailleurs parmi les 10 parfums à sentir une fois dans sa vie...
Que Sais-Je? est un chypré-fruité, un vrai de vrai, et de la plus belle eau. Des fruits jaunes aigrelets ouvrent durablement la danse, mais ils sont suivis de près par une abondante mousse de chêne, boisée, un peu amère et terreuse, qui vous prend de nets relents de noix ou de noisette. Le crémeux du cœur floral, œillet en tête, vient velouter le tout, équilibrer la mousse de chêne, la saupoudrer d'épices très douces, et l'harmonie, s'effeuillant graduellement de ses fruits et touchée d'un filet de miel sombre, se fait irrésistible. Même si la comparaison ne me saute pas immédiatement au nez, je vois où certains y sentent un côté chocolat-gianduja, il en a le crémeux et le corsé... mais cette tonalité gourmande, qui s'accentue au fil du temps, n'est que l'une des cordes à l'arc de Que Sais-Je?, qui la glisse comme une œillade au cœur de son élégance de garçonne sûre d'elle, pleine de caractère. En fond, la belle ose même pimenter ses derniers accents de marron glacé de langoureuses notes animales... je verrais bien plutôt l'hésitation qu'est censée évoquer ce parfum dans le chef de la proie: pourra-t-elle résister?
On a souvent rapproché Que Sais-Je? de Femme de Rochas, mais j'avoue préférer la très belle version de Patou.

Notes de tête: pêche, abricot, fleurs d'oranger
Notes de cœur: jasmin, rose, œillet, iris
Notes de fond: miel, noisette (?)


Adieu Sagesse est une interprétation olfactive des plus littérales de son nom: il est exubérant et rieur, comme une Marie-Antoinette déguisée en bergère, jetant follement sa couronne par-dessus les moulins.
Il est classé comme "soliflore gardénia", mais pendant longtemps, je n'y trouve pas la moindre trace de la capiteuse fleur blanche. En lieu et place, il fuse d'un puissant départ vert pomme, vif, pétillant et joyeusement acide, qui rappelle la rhubarbe. S'y révèle bien vite un œillet affirmé, à peine touché de girofle, qui va prendre de plus en plus d'ampleur.
Ce n'est qu'après plusieurs heures, une fois la croquante verdeur un peu atténuée, que les différentes notes s'agencent pour former l'illusion d'un gardénia, comme les petites touches pointillistes d'un Signac ne révèlent le sujet de la composition qu'à distance. Un gardénia peint par Arcimboldo, en quelque sorte... En fin de tenue, il s'accentue dans cette voie et perd toute sa gaîté en s'alanguissant, prenant le cireux épanoui de la tubéreuse.
L'ensemble est d'une surprenante modernité, au contraire des deux autres membres du trio.
Ne l'ayant jamais senti moi-même, je ne me prononcerai pas, mais Octavian de 1000Fragrances compare Adieu Sagesse à D&G Feminine.

Notes de tête: jonquille, néroli, muguet (plus bergamote, cassis?)
Notes de cœur: œillet, tubéreuse, opopanax (plus jasmin?)
Notes de fond: musc, civette (plus vétiver?)


Ce triple lancement remportera un grand succès, et Jean Patou continuera donc son chemin dans le monde de la parfumerie. Amour Amour, Que Sais-Je? et Adieu Sagesse resteront longtemps au catalogue de la maison, avant de finir par se retirer discrètement.

En 1984, Jean Kerléo, parfumeur intégré de l'époque chez Patou, sera chargé de recréer à l'identique douze anciens grands parfums de la maison, avec leurs formules originales (il y en a bien officiellement douze, deux autres sont apocryphes).
Au rang de cette série de rééditions, baptisée Ma Collection, figurera naturellement l'histoire d'amour en trois temps.
Chacune de ces rééditions a été proposée en deux concentrations: eau de toilette (vapo 50 ml ou flacon splash 75 ml) et extrait (flacon 30 ml, accompagné d'un foulard assorti aux motifs de la boîte du parfum); un coffret rassemblant des miniatures de 6 ml d'eau de toilette des douze fragrances a été édité par la même occasion.
Leur résurrection n'a hélas été que temporaire, et aujourd'hui, elles ont de nouveau disparu...


Pour information, il est encore possible de trouver certaines des références, généralement les versions eau de toilette en flacon splash, chez les discounters en ligne, surtout américains (certains livrent en Europe), les prix variant selon leur rareté. Adieu Sagesse est parmi les plus faciles à dénicher; Amour Amour apparaît rarement; Que Sais-Je?, lui, est devenu à peu près introuvable. Les miniatures de 6 ml des douze fragrances apparaissent par ailleurs régulièrement sur eBay.



Test des rééditions de 1984 en version eau de toilette, plus Amour Amour: cologne vintage.

Tous mes remerciements à Octavian pour ses précieux éclaircissements techniques et historiques et à Helg pour son enthousiasme communicatif sur ces beaux parfums.



Sources: Michael Edwards - Parfums de légende. Un siècle de créations françaises, Annick Le Guérer - Le parfum, des origines à nos jours, brochure Jean Patou Ma Collection - Parfums d'Epoque 1925-1964, Prodimarques, Musée International de la Parfumerie, site de la maison Patou, Perfumeshrine, 1000Fragrances, The Scented Salamander.

Images: Louise Brooks en 1925 (LittleRedGlass), Miniatures, Einestages, Fragrantica, VirtualGarden, collection complète de la réédition d'Adieu Sagesse (Jardin d'Arômes).


2 commentaires:

  1. Merci pour cette analyse fort intéressante.

    Michelle Dufort

    RépondreSupprimer
  2. Michelle,

    Merci pour ce gentil commentaire! Cette Collection de Patou, c'est vraiment quelque chose... je n'en ai pas fini avec elle!

    Merci pour votre visite!

    RépondreSupprimer

Il est possible que je prenne un petit peu de temps avant de répondre à vos commentaires; si vous voulez être alerté(e) par mail dès qu'une réponse est postée ici, cliquez en bas du champ de commentaire sur "S'abonner par e-mail"!

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails